Ségolène, créatrice d’imaginaire pour enfants

Ancienne responsable marketing d’une grande maison d’édition française, Ségolène Archambeaud a suivi son intuition pour se lancer dans la création de Dans ma carriole. Maman de deux enfants, Ségolène Archambeaud cultive l’imaginaire des tout-petits grâce à sa maison d’édition de livres personnalisés, réservée aux enfants.

 

Comment passe-t-on du statut de salarié à l’entreprenariat ?

Grâce à un savoureux mélange de conviction et d’inconscience. Faire un choix aussi important, c’est se mettre en danger, sortir d’une zone de confort et de sécurité. Pas facile à faire mais tellement riche et constructif !

 

La raison principale de ce changement ?

Créer ma propre entreprise n’a jamais été un de mes objectifs. C’est une certitude qui m’a fait sauter le pas.

Après 10 ans chez Hachette Jeunesse à travailler avec des collègues aussi improbables que Babar, Caroline, les Monsieur Madame, Mini-Loup et j’en passe… J’ai eu l’envie folle de créer des livres à personnaliser mais avec la même qualité éditoriale qu’une maison traditionnelle. Je voulais que chaque enfant puisse devenir le héros d’une histoire drôle et riche de sens. N’ayant pas pu le faire au sein du groupe Hachette Livre, je me suis lancée et aujourd’hui je ne suis pas déçue.

 

Avez-vous rencontré de grosses difficultés lors de cette transition ?

La plus grosse difficulté a été d’être confrontée à faire de nombreux choix toute seule. J’ai toujours travaillé en équipe, même en tant que responsable marketing, il y a toujours des personnes avec qui parler d’un projet. Or, là, on est seule face à nos doutes, nos questionnements, nos choix. Mais ces difficultés rendent le projet d’autant plus satisfaisant lorsqu’il est réalisé !

 

Dans ma carriole x Mini Minois

crédits : Albane de Smilz

 

Votre entreprise en quelques mots :

Dans ma carriole est une maison d’édition en ligne qui conçoit des livres à personnaliser en fonction de ce qui caractérise un enfant : son prénom, son aspect physique et ses traits de caractères. En quelques clics seulement, les parents (oncles, tantes, grand-parents, marraines…)  créent un livre dont leur enfant est le héros. Il le reçoit ensuite chez lui et vit une aventure pleine de rencontres qui lui permettra de découvrir avec humour et légèreté des valeurs clefs comme le pardon, la joie de vivre, la tolérance, la gentillesse, la curiosité…

J’ai choisi de travailler avec l’illustratrice, Maurèen Poignonec, pour son trait doux et tendre et avec l’auteur Pog dont le ton humoristique et bienveillant m’a beaucoup séduite. Ils publient tous les deux chez de nombreux éditeurs de littérature jeunesse. Il était important que l’équipe autour du projet, vienne du monde de l’édition et apporte son professionnalisme pour réaliser des livres de qualité, tant au niveau de l’image que des textes.

 

Pourquoi « Dans ma carriole » ? 

J’avais envie d’un nom qui voulait tout et rien dire mais qui évoque l’imaginaire. Au-delà du fait que le mot « Carriole » a une sonorité rigolote, j’aime à penser qu’elle est remplie de tout ce qu’on veut. La seule limite est notre imaginaire. C’est clairement inspiré du sac de Mary Poppins, d’où elle sort un porte manteau et d’autres objets insolites.

Par conséquent, dans ma carriole on y trouve tout un tas de personnages étonnants pour personnaliser à foisons les livres et autres objets…

 

Des astuces pour les ambitieuses qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat ?

Oser ! Croire en soi, en son idée et surtout, savoir s’entourer. Il faut reconnaitre ses limites, demander des conseils autour de soi (amis, famille, anciens collègues, autres entrepreneurs…) et échanger sur ses problématiques avec le plus grand nombre. On ne sait jamais grâce à qui ou de quelle situation viendra notre solution ou la prochaine idée du siècle !

 

Des blogueuses, entrepreneures, influenceuses qui vous inspirent ?

Les gens qui m’inspirent aujourd’hui sont les gens qui m’entourent, que je côtoie au quotidien et avec qui j’échange beaucoup.

Ces deux dernières années, j’ai rencontré beaucoup de jeunes femmes qui, comme moi, ont entrepris. Eléonore de Mini Minois, Sarah de Piccolo made in Italy, Lucie de Joey et bien d’autres. On a toutes quelque chose à s’apporter. On se stimule les unes les autres. On est toutes confrontées aux même problématiques, même si on ne vend pas les mêmes produits et n’avons pas la même cible.

Ma belle-sœur, la créatrice de Bettina Vermillon, une marque de souliers pour femmes haut de gamme, est aussi une véritable source d’inspiration. Elle ne connaissait pas grand-chose à la chaussure mais elle a osé et aujourd’hui elle est reconnue dans le milieu.

 

« Créer ma propre entreprise n’a jamais été un de mes objectifs. C’est une certitude qui m’a fait sauter le pas. »

 

Comment alliez-vous vie d’entrepreneure et vie de maman ? Quel est votre meilleur conseil ?

La vie d’entrepreneure est pleine de libertés mais aussi beaucoup de contraintes qu’on ne rencontre pas quand on est salarié. En effet, il est impossible de fermer complètement la porte du bureau. On pense à notre travail en permanence. Nos vies professionnelles et personnelles sont mélangées. J’étais très stressée les premiers mois car j’avais l’impression de n’être bien ni à la maison, ni au bureau, de n’être pleinement présente ni dans l’un, ni dans l’autre. Finalement, c’est l’expérience qui fait qu’on arrive à prendre plus de recul et à prioriser.

A présent, je ne m’interdis pas de prendre un après-midi pour aller dans la classe de mes enfants afin d’aider par exemple. J’ai appris à ne plus culpabiliser si on doit travailler le week-end alors qu’on est censé être avec les enfants et inversement, ne pas culpabiliser si on a un imprévu familial alors qu’on était censé travailler.

 

Dans ma carriole x Mini Minois

crédits : Albane de Smilzz

 

Une activité favorite pour passer du temps avec vos enfants ?

On fait beaucoup de loisirs créatifs : activités manuelles, constructions… ce sont des moments où on est tous autour de la table, on peut créer, inventer des histoires, imaginer… Moi ça m’oblige à avoir l’esprit 100% avec eux, dans l’instant présent. C’est un super échange avec les enfants.

 

Un lieu sympa à partager pour passer du temps en famille ?

Nous avons la chance de louer une maison de campagne avec une autre famille, dans laquelle on se rend un week-end sur deux. Dans nos vies un peu surchargées entre le boulot, la maison et la vie parisienne qui va à 200 à l’heure, le fait de prendre l’air et de se retrouver en petit comité, même avec des amis, ça nous fait beaucoup de bien. C’est un petit cocon, comme si on se retrouvait dans une bulle : c’est un super moment.

 

Votre truc pour booster l’ambiance à la maison quand rien ne va plus ?

On met de la musique et on danse ! Chaque enfant choisit une chanson et on danse, on chante, on fait n’importe quoi : ça libère et ça fait du bien. On ne pense à rien l’espace de quelques chansons… En plus, j’aime bien l’idée qu’ils me trouvent « fofolle ».

 

Pour finir, si vous deviez laisser un message à vos enfants qu’ils pourront lire dans 20 ans, quel serait-il ?

Je leur dirais de se faire confiance et de s’entourer de personnes bienveillantes. Qu’ils n’hésitent pas à donner aux autres sans compter, parce que d’une manière ou d’une autre, ils le recevront en retour plus tard.

 

 

Retrouvez Dans ma carriole ici

Mais aussi sur Instagram 

Et sur Facebook !

No Comments

Post A Comment

Bonjour ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Plus d’informations

Bonjour ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites et de faciliter votre navigation. Les informations contenues dans les cookies ne visent pas à vous identifier personnellement et nous en contrôlons pleinement les données. Ces cookies ne sont jamais utilisés à d'autres fins que celles indiquées ici.

Fermer