De l’influence au Salon des Familles et de l’expertise au Studio

De l’influence au Salon des Familles et de l’expertise au Studio

 

Sans vraiment d’affluence de par les grèves paralysantes de ces dernières semaines, le Salon des Familles 2020 s’est vécu avec sérénité et qualité. Alors que les exposants déploraient visuellement le manque de visiteurs, ces derniers, eux, félicitaient l’accueil et l’aisance de leurs déplacements et les rencontres au sein du Salon des Familles (propos recueillis sur place).

 

Niché au cœur de l’événement, un studio de plus de 100m2 décoré avec style et beaucoup de confort (tombée amoureuse du canapé) par La Redoute, était dédié aux influenceurs pour permettre de belles rencontres avec les marques, les experts mais aussi leur communauté. Le tout était formidablement orchestré par l’agence Bilbokid. C’est ici que mon métier de journaliste interviewse pris son envol affirmant ma passion pour l’univers de la petite enfance et de la famille.

 

De ma table haute, j’ai eu l’honneur de donner parole à des experts renommés autour de plusieurs sujets où chacun a apporté enrichissement de connaissances et réponses aux questions profondes d’influenceurs en parentalité. Des échanges et des rencontres passionnés autour de la grossesse, la parentalité et de sujets sociétaux, voici en quelques paragraphes mon best-of des Experts au Studio des Influenceurs.

 

Parmi les nombreux sujets, le café des experts, m’a permis d’en savoir plus sur la concentration chez l’enfant grâce à l’auteure Pacale Lesauvage, découvrir la violence éducative ordinaire avec Sophie Rabhi et l’importance des mots que nous pouvons avoir envers nos enfants. Il est important de revoir notre patrimoine culturel sur l’obéissance et travailler plutôt sur la coopération avec l’enfant. En test depuis mon retour à la maison, c’est une vraie réussite. Nous avons également mis en place des rituels de lecture avec l’un des ouvrages de Valérie Roumanoff, invitée du dimanche, nous permettant d’expliquer les émotions. Le lien d’attachement et l’environnement sécure ont été les maîtres mots de ces échanges. Grâce à Marie-Jeanne Trouchaud, nous avons pu définir comment donner confiance à son enfant. Dans ce même grand thème, Arnault Géannin, d’Agir pour la Petite Enfance nous a partagé des clés sur la relation parent-enfants et donné rdv pour la Semaine de la Petite Enfance qui se déroulera du 22 au 29 mars 2020.

 

Le sujet de l’allaitement a été abordé en ouverture de l’événement, le vendredi, avec Claude Didierjean-Jouveau, présidente de La Leche League et le dimanche en compagnie d’Aurélia Henry, consultante en lactation. Le but ici était de faire le point sur les grandes bases de l’allaitement, de ses bienfaits et la vie quotidienne avec l’allaitement, à savoir la place du père dans l’allaitement, la reprise du travail. L’occasion était parfaite pour moi pour leur poser mes questions sur l’allaitement avec absence (article sur mon vécu en préparation, je reviendrai mettre le lien ici).

 

Niveau gastronomie des tout-petits, j’ai eu le plaisir d’avoir à mes côtés Christine Zalejski de Cubes et Petits Pois pour parler diversification alimentaire. Un sujet qui rejoignait celui abordé avec Alain Bocquet, responsable du Groupe « nutrition » de l’association française des pédiatres de France, sur la néophobie alimentaire. Par exemple, saviez-vous que lorsqu’un petit refuse un aliment, nous pouvons lui proposer jusqu’à 8 fois (espacée dans le temps, évidemment). Et nous qui avons l’habitude de féliciter et bien sachez que c’est mauvaise réaction. Enfin, il faut dédramatiser car un enfant qui ne veut pas de son brocolis un jour pourrait s’en délecter la semaine d’après avec ses doigts ! Justement appréhender la nourriture avec ses doigts, Christine Zalejski en parle dans son prochain livre à sortir en 2020, la DME, la diversification menée par l’enfant que j’ai hâte de découvrir et d’expérimenter avec ma biche.

 

La sécurité automobile a été introduite par Marilyne du site Securange. C’est fou tout ce que j’ignorais, j’en fais la promotion depuis, à chacun de mes déplacements en famille. Par exemple, saviez-vous qu’il fallait laisser l’enfant voyager dos à la route de préférence jusqu’à ses 4 ans ? C’est le meilleur moyen pour protéger sa nuque et ses cervicales et lui éviter ainsi une paralysie possible en cas d’accident. Une nouvelle façon de voir la route et de partager des moments en toute sécurité !

 

Ces 3 jours passionnants de rencontres et d’échanges auprès d’experts de la petite enfance sont passés à une vitesse impressionnante. Le salon des familles est assurément un lieu à ne pas louper lorsqu’on est jeune ou futur parent pour en apprendre davantage !

 

No Comments

Post A Comment

Bonjour ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Plus d’informations

Bonjour ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites et de faciliter votre navigation. Les informations contenues dans les cookies ne visent pas à vous identifier personnellement et nous en contrôlons pleinement les données. Ces cookies ne sont jamais utilisés à d'autres fins que celles indiquées ici.

Fermer